Flashback NZ- Journée Underground

Superman en pleine séance d'entraînement

abseil de 30m (descente)

Ca ne se voit pas, mais je suis à ce moment là en train de découvrir mes tendances à la claustrophobie, en bref GROSSE PANIQUE

J'aurais dû passer en première mais j'ai laissé Gael passer devant... et les 3 autres aussi d'ailleurs... la chochotte! On sait jamais j'aurais pu me faire un lumbago -le retour- en pleine grotte, tout le monde aurait été content didonc!

2èm truc horrible coincés dans les rochers... ils m'ont pas eu 2 fois, par contre Gael a recommencé... Why?

Notre groupe, un couple sympa de San Francisco et une canadienne mi-conne, mi asociale 🙂

Mon chouchou, un serpent d'eau qui nous collait, il était tout doux et tout calme, trop mignon! Vous remarquerez dans un 2ème temps (ou dans un 1er pour les plus salauds) que j'ai l'air un peu compressé (ou autrement dit, que j'ai une sale gueule). Sachez que le casque que je portais puait la mort (ou le crâne des gars de la campagne), ça suffira comme explication, merci.

Après l'escalade de 30m où il s'est cassé la gueule 2/3 fois ahahah

-Gaël: "je te préviens, t'as une sale tête sur pas mal de photos" -Moi "Mais c'est normal, je faisais des grimaces" -Gael "nan nan t'es vraiment moche -Moi "ah..". Je vous entend déjà Geneviève, Maëla, et autre gentils dire "bah moi je te trouve très jolie, je vois pas du tout pourquoi Gael dit ça"... Merci de votre soutien!

Je dois quand même avouer que je n’ai pas publié les pires… Petit aperçu, vite fait, rapide, ne regardez pas trop longtemps….

Photo bonus:

See you sooon!

1er jour : Auckland

1er jour : Arrivé à Auckland – NZ

Nous arrivons à l’aéroport d’Auckland après un très long vol avec peu d’espace pour les grandes jambes.
Ilona a très peu dormi durant le vol en raison d’un mal de dos.
Et moi certainement pas assez !
Avant de passer la douane, on voit 15 panneaux pour nous mettre en garde, attention les fruits, la nourriture, la viande sont interdits, vous risquez une forte amende.
Il nous restait un brin de nourriture mais ce n’était que les vers séchés achetés à Toy’s R us à New-York.
Donc finalement c’est passé sans problème au rayon X 🙂
Un petit coup de flip pour le masque et tuba qui venait de l’Honduras car j’ai du les signaler mais encore une fois sans problème !

J’avais réservé un hôtel dans le centre ville : All season hotel.
On prends un bus/navette pour Auckland, bus qui coute 16$NZ par personne !
Depuis le début de notre voyage on en a pris des navettes aéroport/centre ville et pour l’instant c’est notre grand gagnant !
On a pris le ticket A/R à 20$NZ soit 40$NZ pour deux et encore j’ai réussi à avoir le tarif étudiant.
Souvent le prix des transports en commun depuis l’aéroport annonce la couleur..

On arrive donc à l’hôtel qui fait super neuf, bien entretenu.
On monte au 14ème étage (si je me souviens bien)
Et on découvre notre chambrinette, une chambre toute petite avec une odeur d’urine (d’après Ilona et son odorat).

Une petite sieste s’impose.
Un repas s’impose.
Je découvre que l’accès à Internet est payant, 15$NZ pour 24h00.
Première fois que nous payons pour avoir accès au net depuis le début de notre voyage, je vais à la réception pour payer.
Quatre heures plus tard, je tente de regarder le zapping pour me tenir au courant de l’actu française et mondiale, la connection se coupe, je vais voir à la réception, j’apprends que nous avons dépassé les 100mo de bande passante autorisée.
On avait pas fini de planifier notre voyage, Fuck.

2ème jour : départ avec le VAN !

Le lendemain, on se trimballe nos valises, on va à Starbucks en espérant trouver un accès internet gratuit. Pas de bol c’est la première fois que nous voyons l’accès au web payant dans cette chaine de café.

On trouve un cybercafé (hors de prix) je file car je dois acheter un nouveau manteau (car) je n’en ai plus, ça c’est fait.
Ilona part acheter un pantalon (euh..) deux pantalons.

On a pris rendez-vous pour aller chercher le van à 14h00, il est 14h30 on prend le bus !

On arrive à la location de vans Jucy.

Mauvaise nouvelle : « Nous n’avons plus de GPS »
Et oui nous souhaitions louer un GPS pour nous épauler sur les routes de la Nouvelle Zélande. Manque de chance, l’agence n’en a plus en stock (malgré notre réservation et notre paiement sur le net) Ils nous proposent d’aller chercher un GPS à l’autre agence qui est à l’aéroport. Heureusement que je leur demande de les joindre par téléphone pour demander si ils en ont. Bam. Pas de GPS non plus. Finalement on se laisse convaincre que le GPS est inutile en NZ et que leur (mini) carte (publicitaire) routière va nous suffire pour notre périple.

Mauvaise nouvelle (bis) : la carte bleue ne passe pas.
Je dois payer environ 2000$NZ, yeah.
J’avais retiré 1000$ dans un distributeur de ma banque (pour ne pas payer de frais) mais surtout pour avoir assez d’argent pour payer en liquide les futurs frais durant notre périple !
Donc je retire de nouveau 1000$ à la station service qui est à coté.
Je réussi à payer la totalité de la somme en liquide. Je crois d’ailleurs qu’elle a mal compter et qu’il manquait 100$, si c’est le cas c’est ça de pris !
[ Comme vous pouvez le constater la location de vans en NZ n’est pas donnée ! Nous qui pensions pouvoir louer un van à petit prix, c’est raté. Vu le nombre d’agences et de voyageurs comme nous autres, les prix sont exhorbitants. Sans faire la conversion des devises $US – $NZ, c’est le même prix (par jour) que notre location d’appartement à New-York. ]

Après un peu de transpiration à droite, à gauche. Une petite dame (oui elle était petite) nous montre brievement comment fonctionne le van. Elle devait nous consacrer 1h d’après le contrat et finalement on est expedié après 15 minutes.

La conduite à gauche.
Le GROS van.

Après beaucoup de stress.
(Après une engeulade) on se pose à coté d’un quai pour que j’aille faire des courses avant notre départ.

On loupe l’entrée du périph.
On arrive sur le périph.
On stress sur le périph.

On découvre qu’il faut rapidement changer de voie car les voies à gauche se transforment en sortie régulièrement.

On découvre que l’axe du van ne doit pas être TOP de chez TOP.
Le van va automatiquement vers la gauche en ligne droite, on doit toujours aller un peu plus à droite malgré la conduite à gauche !

On découvre les routes de la Nouvelle Zélande !
Des routes : petites / en travaux / qui tournent / etc.

Il va bientôt faire nuit, on s’arrête dans une petite ville du nom de « Waipu ».

 

On cherche un camping ou devrais-je dire un motorcamp.
On trouve pas.
On trouve deux restaurants, un rempli et un autre vide.
On mange une bonne (mais chère) petite pizza chacun avec un mojito/une bière – boissons bien méritées après ce début de périple –

Finalement on squatte le parking principal de la ville pour dormir.
On a des toilettes publiques à proxmité.

Association douteuse ?

 

On dort.
(On s’est pas fait reveillé par des fous/petits plaisantins/maniaques/tueurs/insectes meurtriers)

3ème jour NZ

Nous avons plutôt pas trop mal dormi, un peu froid mais faut pas s’étonner (merci Geneviève pour les sacs à viande, d’ailleurs)! -selon Gael, les sacs à viande ont été inventés au cas où « si tu vas dormir chez qqun et qu’il te prête un duvet crade, tu mets ça en dessous ». Mais oui Gaël!-

Nous reprenons donc la route en direction du Nord pour rejoindre la baie des îles et plus précisemment la ville de Pahia.


Longue route même si nous avions pris de l’avance la veille. Le fait de se concentrer sur la conduite à gauche pour ne pas se prendre les voitures mais pas trop parce qu’on va se prendre la montagne… Heureusement qu’on a pris une automatique car je ne me serais pas vue passer les vitesses à ma gauche!

Le copilote avait pour mission de dire « plus à droite, plus à droite ! » pour que nous gardions la droite de notre gauche.

La route est super super merdique, en travaux tous les 30km, on roule sur des moches cailloux, dans d’énormes nids de poule et PAF c’est le drame! Impact de cailloux sur le pare brise, le triple d’une pièce de deux euros, on a perdu le numéro de Carglass répare Carglass remplace. La panique. Evidemment c’est moi qui conduit donc je m’arrête au plus vite car je stresse. Selon le garagiste et Gael, ça ne va pas s’étendre. Ok, on verra ça plus tard.

PAF.

Gael prend le volant et c’est reparti!

Lorsque nous arrivons vers notre destination: Paihia, nous passons devant une pancarte qui indique Haruru Falls et comme nous aimons bien les chutes, on fait demi tour et on va jeter un coup d’oeil.

Gael se gare comme un pro ! Même pas de bruit, j'ai délicatement déposé l'arrière du véhicule à proximité d'un arbre

C’est vraiment l’avantage de voyager par nous même et non pas transports en commun, on peut changer d’itinéraire quand on veut, découvrir des choses qu’on avait pas prévu de voir, la liberté quoi!

On passe un peu de temps au bord des chutes, on mange des sandwichs dégueulasses que Gael avait acheté la veille à Auckland. Le spectacle est super.

Fin d’aprem, direction Paihia, enfin. On se trouve un camping de merde et pourtant à 15$ par personne avec pleins d’insectes partout baaah.

On rejoint Paihia à pieds, mouai y’a rien à voir à part une piste d’hélico… C’est une petite ville qui offre beaucoup de possibilités d’excursions mais pas beaucoup plus.

Un panneau cool à Paihia

Pas sympa pour les chiens de devoir partager leur spot..

Bon, on va se boire une bière ou plutôt du cidre (pomme-poire) (qu’ils vendent au même format) dans le camping.

On rencontre un Belge, un flamand même. Putain ils sont chelous ces belges! C’est pas le premier belge chelou que l’on rencontre! Bref.

Le lendemain, nous avons prévu d’aller dans la ville d’à côté: Kérikéri pour voir les Rainbow Falls (encore des chutes).

4ème jour : Kérikéri

Nous nous sommes réveillés sous la pluie, le camping sous la pluie ça craint.
Donc petit dej en speed sous la porte arrière du van.
Direction Rainbow falls, il s’arrête de pleuvoir et on peut tranquillement visiter ces belles chutes !


On décide de pique-niquer sur le chemin de notre prochaine visite, on va acheter de la nourriture dans le supermarché du coin quand en sortant une pluie torantielle s’abat sur nous.
On mange à l’abri à coté de poules et de coqs.
Vu la pluie, il est impossible de visiter le coin..
On décide donc de prendre la route pour s’avancer vers notre prochaine destination.


On choisit de dormir dans une ville avec un nom sympa : « Ruakaka »


On arrive dans un camping qui ne paye pas de mine à Ruakaka, il se fait tard et on aimerait bien manger dans un petit restaurant. On arrive devant le resto que nous avait conseillé le responsable du camping, un mec bourré (un peu chelou) zigzague à coté du van. Je décide qu’il est préférable de ne pas rester ici pour manger !
Finalement on va voir la mer de Ruakaka, une plage magnifique à 2 minutes du camping.


Une plage de la mer de Tasman.
On arrive à notre emplacement de motorvan et on découvre une somptueuse vue sur la plage. NICE

ca rendait mieux en vrai ^^

5ème jour : Waitekere ranges + Piha

Nous nous rendons dans les Waitekere ranges pour notre 5 ème jour en NZ. C’est un grand « parc » national situé à 40 km d’Auckland. Nous devons donc repasser par le périph d’Auckland qui est juste atroce! Nous devons la plupart du temps nous mettre sur la voie du milieu entre la voie de gauche pour ceux qui veulent sortir du périph et la voie de droite pour ceux qui veulent nous dépasser. Avec le Van, ce n’était pas une mince affaire!

Bref, quand nous arrivons dans les Waitekere, après avoir roulé sur des routes limitées à 25 km/h pour certains virages, nous prenons directement un camping car il doit être environ 17h. Petit tour sur la plage de Pihia située à 1min du camping. Première fois que nous voyons une plage de sable noir!

Un alien échoué provenant du Japon.

Elle est superbe, mais c’est surtout un bon spot pour les surfers car la mer est très très agitée! Nous apercevons un énorme rocher qu’ils surnomment le Lion Rock. Je demande à Gael si il pense qu’on peut monter dessus sans trop y croire mais en regardant bien on voit un mec tout en haut! C’est donc possible! Allez, on enfile les baskets et c’est partit pour un bon moment (encore). La vue est sublime.

Du kiff

Gael décide d’aller écrire nos noms version géant sur le sable pour que je puisse prendre une photo depuis le sommet. Ca a fait marrer quelques personnes!

yeah yeah


Après toutes cette expérience, nous cherchons de quoi bouffer ce qui n’est pas si simple dans ce coin paumé, et qui plus est, un dimanche! Finalement on va manger dans un resto avec une vue de fou sur la plage et les montagnes. On teste une bière locale, good! En rentrant du resto à pieds, il fait nuit. C’est le moment qu’un mec hyper bourré a choisi pour zigzaguer sur la route… un peu flippant!

Après la douche, moment détente, je matte le ciel un instant en me disant « faudrait que je regarde les étoiles plus souvent pour voir une étoile filante » et là CONNECTION avec le ciel, une étoile filante passe devant mes yeux! Le paradis sur terre 🙂

-- BONUS --

6ème jour : Whatipu

Toujours dans les Waitekere Ranges. Nous avions vu sur le net un blog de français partis en Nouvelle Zélande qui conseillait fortement d’aller à Whatipu. Comme j’avais pas cherché plus que ça, on file à Whatipu sans avoir aucune idée de ce qui nous attend. Cette journée était vraiment chaude, et après ça n’a plus arrêté! Il y avait beaucoup de guêpes, ce qui m’a gâché un peu le plaisir…mais bon!

Nous roulons bien une heure voire deux pour nous y rendre tellement la route est sinueuse, casse gueule et pleine de gros cailloux de batard! Nous sommes même passer sur une route inondée par la mer… original! La route valait le détour! Nous étions plongés dans une forêt d’arbres à fougères sublime.

Finalement, nous arrivons dans un truc assez sauvage avec pour seules indications « la plage » à 5 min et les « les grottes » à 20 min. OK. Let’s do it!

Nous marchons jusqu’à la plage, encore une plage de sable noir, dont j’ai ramené un échantillon. Quelques pêcheurs, 2 ou 3 touristes, c’est beau, très beau! Ça me rappèle le château de Dinan dans le Finistère. Un peu trop de guêpes tout de même!

Direction, les grottes. Nous empruntons un « chemin » au milieu des marécages ou de je-ne-sais-trop-quoi mais en tout cas c’était bien boueux. Nous avons du sauter par dessus des flaques énormes et donc bien sûr mettre les pieds dedans: chaussures trempées. Mais c’était marrant! Pas un chat à l’horizon. Une grotte plus grande que les autres est sympa à voir. Nous repartons après les avoir toutes vues avec les pieds tout mouillés!

Barbe à papa gratos !

Belle vue !

Grotte du Père Fouras

Sable noir

Etat des chaussures

Il est temps de repartir. Nous prenons la route pour nous rendre dans le Coromandel, une grande péninsule au Nord Est de l’île Nord. Nous ne ferons pas toute la route d’un coup et nous arrêterons à Miranda, une ville paumée dans laquelle les touristes s’arrêtent surtout en chemin pour le Coromandel, je pense. Mais c’était de loin le meilleur camping que nous ayons fait! Il y avait une grande piscine d’eau de source chaude naturelle, l’éclat!

Previous Older Entries